At an International Medalist Association event in Guinee (Ron Freeman) © Copyright
Feature

Freeman turns Olympic glory into a lifelong passion for youth development


- La traduction française suit le texte anglais

Ron Freeman has produced numerous noteworthy accomplishments in his 72 years.

One of them is the jaw-dropping 43.2 relay leg he ran as part of the victorious US 4x400m relay squad at the 1968 Olympic Games in Mexico City. At the time it was the fastest relay leg ever produced.

But he wants to be remembered for more than that. He wants to be known as, in his words, “a man that used his Olympic experience in track to grow young men and women around the world.”

Born in 1947, in Elizabeth, New Jersey, Freeman always dreamed of appearing in the Olympic Games.

“In high school I wanted to be the best in the United States, to win a college scholarship and become an Olympian,” he says.

“There weren't many track meets, but at sixteen years old with five months training I ran a 46.6 in the 440 yard dash on a cinder track - unlike the tracks these days.”

Freeman impressed his high school and university coaches, eventually earning a place on the 1968 Olympic team at 21. Freeman said the 4×400m team went to Mexico to set a world record.

“We knew the time that we were going to run to break the world record. We even made up a song that we always sang on the track: ‘2.55 and that ain't no jive’”.

At the Olympics, he ran five times in six days, first in the 400m, where he raced to bronze, and then in the relay. On the sixth day, he teamed with Vincent Matthews (lead-off), Larry James (third leg) and Lee Evans (anchor) to clock 2:56.1, shattering the world record by more than three seconds.

Looking towards youth development

After that incredible 1968 performance, and after earning an M.A in Counseling Psychology, Freeman began to think about ways to give back to his community. He found inspiration in the actions of one of his Olympic teammates. 

 

1968 Olympic 400m medallists, from left: Lee Evans (gold), Larry James (silver), and Ron Freeman (bronze) (Getty Images)1968 Olympic 400m medallists, from left: Lee Evans (gold), Larry James (silver), and Ron Freeman (bronze) (Getty Images) © Copyright

 

“Larry James had designed and implemented one of the greatest youth track and field camps in the country,” he says, “that had youth coming from all over the east coast for a five day overnight camp. During the camp the participants learned not only how to run and jump but they learned life skills.”

Freeman borrowed from the model and with support from the Housing Authority in Elizabeth, he began a similar project in his hometown.

In 1998, he created the International Medalist Association (IMA). 

“By allowing me to bring my Olympic friends to give them messages in leadership, education and overcoming the odds while at the same time sharpening their running skills, it was a hit,” Freeman says.

“The same basic model was used to work with youth on military bases in England, Germany, Turkey and Italy.”

Some years down the line, the organisation signed a memorandum of understanding with UNESCO called the Sabbatical Support Program that opened the door for IMA to do work in Africa.

“We did ‘coaches training’ programs and youth track and field camps in several countries,” Freeman says.

That included Mali, where the programme concluded with an event known as the The Mali Youth Peace Games, which reached and impacted thousands of residents. Freeman says one of his biggest regrets is not being able to attract the necessary funding to keep the Youth Peace Games going. A similar project was in the works for Guinea but ultimately didn’t come to pass.

“The United Nations brought me to Guinea to design and implement a major youth peace initiative and what I came up with was the Mano River Union Games, a program that would have impacted four countries: Guinea, Sierra Leone, Liberia and Cote d’Ivoire.

“The Games were just about set to go but there was a change in government, so we didn't have the chance to implement the program. It was at that time that I decided to stay (in Guinea) and work with youth.”

That was in 2006.

Championing youth development in West Africa

Freeman has continued to use sport to improve the lives of young people.

“Sports have really opened up for African countries and world class athletes are being developed all the time,” he says.

“Track and field has given many people the chance to grow and to be the best that they can be through the number of events that are being hosted in many countries around the world.”

Much of that work is now done in Guinea, his adopted home country.

“It had been my dream to work with youth and the various partners in Guinea, to bring about a program that IMA designed, that has touched more than one hundred thousand girls and boys, nationwide.”

Freeman has also found a passion for promoting equality in Guinea. One of the outcomes he has consistently sought to improve is the number of girls getting an education.

“In many cases, girls have not had the opportunity to go to school and our focus is to try to give them that opportunity.

 

Ron Freeman at an International Medalist Association event (Ron Freeman)Ron Freeman at an International Medalist Association event (Ron Freeman) © Copyright

 

“IMA has also provided many scholarships for girls to go to primary, secondary and technical schools, and universities through our partnerships.”

The programmes help girls build self-esteem, leadership skills and other “valuable lessons of life”, Freeman says. More than 30,000 girls have been involved in the programmes.

The IMA has also developed a Mixed Football game that brings attention to gender equality and gender violence issues. The athletics programme features events for all ages, tweaked to allow the relays and jumps events to be mixed.

“I am really proud of being able to put smiles on girls’ faces, and to give the youth in Guinea the chance to play. It has been simply amazing.”

He’s also added an incentive programme - gifting a new pair of athletics shoes each year - to encourage young people, aged seven to 17, to stay in school. The programme began in 2011 with just 24 girls. There are now more than 18,000 girls and 500 schools participating.

All the while, training is ongoing for promising young athletes.

“Don't be surprised if you see a world class track athlete in the finals of the Olympic Games from Guinea one year,” he says.

Freeman has received numerous honours for his work, including two international humanitarian awards. But he won’t take all the credit.

“I haven't traveled this road alone, there were many people and organisations that have supported me, guided me and gave me direction,” Freeman says.

“For many years the U.S Olympians Association has given me gifts for youth and my Olympic track buddies have taken part in many of my programmes. And here in Africa the IOC funded my initial programmes.

“I can't say enough about the U.S Department of State and the U.S Embassy and their staff in Guinea, which has been a partner for many years. It has really taken a village to help me make my dreams come through.”

Then and now

Freeman has witnessed the world change for athletes and in athletics.

“Being an athlete during my time was a great time,” he recollects. “We didn't look at it as a business. We were amateurs and we ran to set records and win races.

“It was a period of time, when we competed against athletes and developed relationships that stood for a lifetime. Those days you would talk stuff, leading up to a race and back it up - a lot of head games were played.

“Yes, those times brought your real athletic abilities out of you, with very few support mechanisms like the athletes have today.”

These days he is impressed by the level of competition and the individual talent on display.

“It is amazing to see the quality of athletes that are competing on a level that is so unbelievable. I think that it is because of the number of outstanding events that have been developed around the world and the quality of coaching.”

He also predicts a bright future for athletics.

“The sport will continue to go on in all countries around the world, whether the country is rich or poor, which is proven during every international competition.”

He also wants young people dreaming of Olympic glory, just as he once did as a boy.

“If you believe,” he says, “you can conceive and dreams do come true.”

Helen Ngoh for World Athletics

 

Freeman transforme la gloire olympique en une passion de toujours pour le développement de la jeunesse

Ron Freeman a accompli de grandes choses au cours de ses 72 ans d’existence.

On peut citer cette impressionnante étape de relais courue en 43’’2 en tant que membre de l’équipe américaine victorieuse du relais 4x400m aux Jeux olympiques de Mexico en 1968. À l’époque, il s’agissait de l’étape de relais la plus rapide jamais réalisée.

Toutefois, Freeman veut qu’on se souvienne de lui pour bien plus que cela. Il veut être reconnu comme, selon ses propres termes, « un homme qui a utilisé son expérience olympique en athlétisme pour faire grandir de jeunes hommes et femmes dans le monde entier ».

Né en 1947, à Elizabeth, dans le New Jersey, Freeman a toujours rêvé de participer aux Jeux olympiques.

« Au lycée, je voulais être le meilleur des États-Unis, gagner une bourse d’études et participer aux JO », affirme-t-il.

« À l’époque, il n’y avait pas beaucoup de compétitions sur piste. Pourtant, à seize ans, après cinq mois d’entraînement, j’ai couru les 400 m en 46’’6 sur une piste en cendrée qui n’avait rien à voir avec les pistes d’aujourd’hui. »

Freeman impressionna ses entraîneurs du lycée et de l’université. À 21 ans, il décrocha une place dans l’équipe olympique de 1968. Freeman a déclaré que l’équipe de 4x400m se rendit au Mexique pour établir un record du monde.

« Nous savions en combien il fallait courir pour battre le record du monde. Nous avions même inventé une chanson que nous reprenions en cœur sur la piste : « 2’55’’ and that ain’t no jive » (2’55’’ et c’est pas du baratin).

Aux Jeux olympiques, Freeman courut cinq fois en six jours : d’abord le 400m, où il décrocha le bronze, puis le relais. Le sixième jour, il fit équipe avec Vincent Matthews (premier relayeur), Larry James (troisième relayeur) et Lee Evans (dernier relayeur) et l’équipe enregistra un temps de 2’56’’1, pulvérisant le record du monde de plus de trois secondes.

Vers le développement de la jeunesse

Après cette incroyable performance de 1968 et après avoir obtenu une maîtrise en psychologie de l’orientation, Freeman commença à réfléchir aux moyens de redonner à sa communauté. Il trouva l’inspiration dans les actions d’un de ses coéquipiers des JO.

 

1968 Olympic 400m medallists, from left: Lee Evans (gold), Larry James (silver), and Ron Freeman (bronze) (Getty Images)1968 Olympic 400m medallists, from left: Lee Evans (gold), Larry James (silver), and Ron Freeman (bronze) (Getty Images) © Copyright

 

« Larry James avait conçu et mis en place l’un des plus grands camps d’athlétisme pour les jeunes du pays », déclare-t-il. « Ce camp accueillait des jeunes venus de toute la côte est pour cinq jours en pension complète. Les participants y apprirent non seulement à courir et à sauter, mais ils y reçurent également une leçon de vie. »

Freeman s’inspira de ce modèle et, avec le soutien de l’Office du logement à Elizabeth, il lança un projet similaire dans sa ville natale.

En 1998, il créa l’Association internationale des médaillés (IMA).

« Je faisais venir mes amis des JO pour leur transmettre des messages de leadership, d’éducation et de dépassement de soi tout en aiguisant leurs talents de coureurs. La recette fut un franc succès. », déclara Freeman.

« Le même modèle a été utilisé pour travailler avec les jeunes sur des bases militaires en Angleterre, en Allemagne, en Turquie et en Italie. »

Quelques années plus tard, l’organisation signa un protocole d’accord avec l’UNESCO, appelé « Programme de soutien sabbatique », qui ouvrit la voie à l’IMA pour qu’elle puisse travailler en Afrique.

« Nous avons mis en place des programmes de formation d’entraîneurs et des camps d’athlétisme pour les jeunes dans plusieurs pays », explique Freeman.

Parmi ces pays, on peut compter le Mali, où le programme déboucha sur un événement connu sous le nom de « Jeux de la paix pour la jeunesse malienne », qui toucha et influença des milliers d’habitants. Freeman affirme que l’un de ses plus grands regrets est de ne pas avoir pu réunir les fonds nécessaires pour maintenir ces Jeux. Un projet similaire était en préparation pour la Guinée, mais il ne vit jamais le jour. 

« Les Nations Unies me firent venir en Guinée pour concevoir et mettre en œuvre une grande initiative de paix pour la jeunesse. Je leur proposai le concept des Jeux de l’Union du fleuve Mano, un programme qui aurait eu un impact sur quatre pays : la Guinée, la Sierra Leone, le Liberia et la Côte d’Ivoire.

« Ces Jeux étaient sur le point d’avoir lieu. Pourtant, un changement de gouvernement nous ôta toute chance de mettre en œuvre le programme. C’est à ce moment-là que je pris la décision de rester (en Guinée) et de travailler avec les jeunes. »

C’était en 2006.

Soutenir le développement de la jeunesse en Afrique de l’Ouest

Freeman continua à utiliser le sport comme vecteur pour améliorer la vie des jeunes.

Selon lui, « Le sport s’est vraiment ouvert aux pays africains et des athlètes de classe mondiale se développent sans cesse ».

« L’athlétisme a donné à de nombreuses personnes la chance de s’épanouir et de se dépasser grâce aux nombreux événements qui sont organisés dans le monde entier. »

Une grande partie de ce travail se fait maintenant en Guinée, son pays d’adoption.

« Mon rêve était de travailler avec les jeunes et les différents partenaires en Guinée, pour mettre en place un programme conçu par l’IMA. Ce dernier a bénéficié à plus de cent mille filles et garçons, dans tout le pays. »

Freeman s’est également découvert une passion pour la promotion de l’égalité de genre en Guinée. Il a constamment cherché à accroître le nombre de filles qui reçoivent une éducation.

« Dans de nombreux cas, les filles n’ont pas eu la possibilité d’aller à l’école et notre objectif est d’essayer de leur offrir cette possibilité.

 

Ron Freeman at an International Medalist Association event (Ron Freeman)Ron Freeman at an International Medalist Association event (Ron Freeman) © Copyright

 

« L’IMA a également accordé des bourses pour que de nombreuses jeunes filles puissent aller dans des écoles primaires, secondaires, techniques, et dans des universités grâce à nos partenariats. » 

Les programmes aident les jeunes filles à renforcer leur estime de soi, leurs compétences en matière de leadership et offrent d’autres « leçons de vie précieuses », explique Freeman. Plus de 30 000 filles ont participé à ces programmes.

L’IMA a également mis au point un match de football mixte qui attire l’attention sur les questions d’égalité des sexes et de violence sexiste. Le programme d’athlétisme comprend des épreuves pour tous les âges. Il a été modifié pour permettre aux femmes et aux hommes de concourir ensemble dans les épreuves de relais et de sauts.

« Je suis vraiment fier de pouvoir mettre des sourires sur les visages des jeunes filles et de donner à la jeunesse guinéenne la chance de jouer un rôle. Cela a été tout simplement incroyable. »

À cela s’ajoute un programme visant à encourager les jeunes âgés de 7 à 17 ans à rester dans le circuit éducatif en leur offrant une nouvelle paire de chaussures d’athlétisme chaque année. Le programme débuta en 2011 avec seulement 24 jeunes filles. Aujourd’hui elles sont plus de 18 000 à en bénéficier pour 500 écoles.

Parallèlement, l’entraînement de jeunes athlètes prometteurs se poursuit.

« Ne soyez pas surpris si, un jour, vous voyez un Guinéen au sommet, en finale des Jeux olympiques. », déclare-t-il.

Freeman a reçu de nombreux honneurs pour son travail, dont deux prix humanitaires internationaux. Toutefois, il ne s’en attribue pas tout le mérite.

« Je n’étais pas seul dans ma quête. Il y avait beaucoup de personnes et d’organisations qui m’ont soutenu, guidé et donné une direction. », affirme Freeman.

« Pendant des années, l’Association américaine des Olympiens a fait de nombreux dons pour la jeunesse tandis que mes copains des JO ont participé à nombre de mes programmes. De plus, ici en Afrique, le CIO a financé mes premiers programmes.

Et que dire du Département d’État américain, de l’Ambassade des États-Unis et de leur personnel en Guinée qui est un partenaire depuis de nombreuses années ? Il a vraiment fallu que je m’entoure pour réaliser mes rêves. »

Hier et aujourd’hui

Freeman a été témoin de l’évolution des athlètes et de l’athlétisme à travers les années.

« À mon époque, c’était incroyable d’être un athlète », se souvient-il. « Il n’y avait pas cette dimension de business qu’on trouve aujourd’hui. Nous étions des amateurs et nous courions pour établir des records et gagner des courses.

C’était une époque où les relations avec les athlètes contre lesquels nous concourrions duraient toute une vie. On s’interpellait, on préparait une course et on en remettait une couche. C’était une vraie bataille psychologique.

Oui, c’était une époque avec certes très peu de mécanismes de soutien comme ceux dont disposent les athlètes aujourd’hui, mais qui faisait ressortir vos véritables capacités athlétiques. »

Aujourd’hui, Freeman est impressionné par le niveau de compétition et le talent dont font preuve les athlètes.

« Il y a de quoi être impressionné quand on voit la qualité des athlètes qui concourent à un niveau si élevé. Je pense que c’est grâce aux nombreuses compétitions exceptionnelles qui ont été développées dans le monde entier et à la qualité de l’entraînement. »

Freeman prédit également un brillant avenir pour l’athlétisme.

« Ce sport sera toujours pratiqué dans tous les pays du monde, qu’ils soient riches ou pauvres. Les compétitions internationales le démontrent. »

Freeman veut aussi que, tout comme lui dans son enfance, les jeunes rêvent de gloire olympique.

« Si vous croyez, vous envisagez et, alors, les rêves se réalisent. »

Helen Ngoh pour World Athletics