• World Athletics Partner
  • World Athletics Partner
  • World Athletics Partner
  • World Athletics Partner
  • World Athletics Media Partner
  • World Athletics Supplier
  • World Athletics Supplier
  • World Athletics Partner
  • World Athletics Partner
  • World Athletics Partner
  • World Athletics Partner
  • World Athletics Media Partner
  • World Athletics Supplier
  • World Athletics Supplier

Feature07 Sep 2020


Dabo and Busby after Doha: How a random act of kindness changed the lives of two athletes

Braima Suncar Dabo (r) helping Jonathan Busby of Aruba to the finish of the their heat in the 5000m at the IAAF World Athletics Championships Doha 2019


Braima Dabo thought he did the obvious when he stopped to help Jonathan Busby on the tracks a year ago in Doha.

It was the opening heat of the men’s 5000m at the World Athletics Championships Doha 2019. The race had been won by Ethiopia’s Selemon Barega and every runner had crossed the line finish line except Dabo, representing Guinea-Bissau, and Jonathan Busby from Aruba.

Dabo was overtaking Busby when he observed that the Aruban was in real pain and wasn’t going to make it, so he stopped to help.

“This was someone who needed help,” says Dabo in Portuguese, “so I went to help, nothing more. It was normal.”

Except the world disagreed with Dabo; it was not an entirely ordinary thing to sacrifice one’s race to help a rival over the finish line. The pair received a standing ovation as they crossed the finish line together at the Khalifa Stadium in Doha, but that was nothing compared to what followed.

That singular act of rare sporting kindness hit headlines all over the world. The story appeared on TV, newspapers and was lauded online and on social media networks. A clip of the moment has, to date, had more than seven million views across World Athletics’ platforms.


Dabo was hailed for great sportsmanship and became the subject of media frenzy in Doha, something he did not quite understand.

“What happened in my life after that was like a nightmare,” says the 27-year-old with a big laugh. “When I saw the attention that people gave me in Doha, at first I was afraid. I did not understand why because I thought it was normal. It is only when I returned to Portugal that friends helped me understand why it was such a big deal.

“After that, I felt gratitude that people showed me love and cared about me and I felt blessed and I am very thankful to everyone.”

The Fair Play Award

In November 2019, Dabo and Busby flew to Monaco where the Bissau-Guinean received the International Fair Play Award at the World Athletics Awards.

“I was not expecting that because it was a spontaneous action, normal for me but when World Athletics gave me the award, it was like a dream and it was an award that motivated me to do all I want to do in athletics and my life.”

 
Braima Suncar Dabo is presented with the International Fair Play Award

 

Many more fantastic things happened to the “small boy from Guinea-Bissau”, as Dabo describes himself.

Portuguese media were very interested in telling his story and that led to a series of surprising events, the most unexpected of which was receiving an invitation from a very high office in Portugal.

“The most important and strange thing that happened to me was when the president of Portugal invited me and gave me a distinction from what happened in Doha.

“A group here gave me a Christmas gift. They sent me to Guinea-Bissau to see my family after eight years! After that I went to Sao Tome for a talk with a motivation group and I was part of Tedx talks in Matosinhos.

“Some nice people crossed my path but life in the athletics world has not changed much. I still run with my shoes and shorts, everything is the same,” he jokes. “I was not expecting that, so it’s not so much to me personally, life has not changed so much, even if it has given me the opportunity to dream.”

Dabo has used his newfound popularity to do some good. When the Covid-19 pandemic struck Portugal, many African students were stranded with nowhere to turn to for help. Being a student himself, Dabo understood exactly what they were going through. The Bissau-Guinean had an idea.

“I thought if my name has value, why not start a help group to feed those who are all alone here,” says Dabo. “My institute and Carritas Portugal helped to collect some basic needs to help those who had no money and I am so proud about that.”

Busby after Doha

If Dabo has been living the dream since Doha, the man he helped has been living the complete opposite.

For Busby, the crippling pain he experienced that day on the track heralded a challenging period to come.

“In Doha it was a combination of dehydration plus injury,” says Busby. When he returned home, he continued to race with disappointing results.

“After Doha I participated in four races but I didn’t perform optimal. Normally I win races in the Caribbean but people started beating me, I got tired easily and the races were not like how it used to go. So I had to take a break.”

The 34-year-old long distance runner says he’s been trying to pinpoint the exact problem with little success.

“I’ve had x-rays on my hip and my back, but they saw nothing. I am still very stiff right now in my abductors.”

He received a lot of attention after Doha, but all of it wasn’t positive.

“At first I could see very positive messages from around the world. But then I saw some negative messages that affected me. I was struggling with them.”

To make things worse, Busby lost two jobs and his home, and then the coronavirus exploded in Aruba. He was later diagnosed with bipolar depression and spent more than three months in a clinic for treatment.

“I wasn’t getting allowance, no money, no job, nothing, because the situation in the country was really bad,” he says.

“So it’s not been so beautiful, no rainbows. I am just doing my best right now to keep positive. I am living at a friend’s house right now, just trying to get myself back together.”

A spotlight for athletics

The Aruba Athletics Federation and the Athletics Federation of Guinea-Bissau have benefited from the attention their athletes received.

“What he did was something very special,” says the President of the Athletics Federation of Guinea-Bissau, Renato Pappy Moura. “[It is] something that comes from him because that’s the way he really is.

“It was really good for us because people started talking more about our country and the humble people that we have, and people from our country started talking a lot more about athletics and that was really important for us.

“We are still living that dream.”

 
Braima Suncar Dabo helps Jonathan Busby to the finish of the their heat in the 5000m at the World Athletics Championships Doha 2019

 

It had a positive effect in Aruba, too.

“It had ripple effects on the entire population of Aruba, not only on athletics,” says the General Secretary of the Aruba Athletics Federation, Nigel Nedd. “The ATIA (Aruba Trade Industry Association) had scheduled to bring Braima to Aruba on 18 March for an appreciation award, but this was all cancelled due to Covid-19.”

The pandemic has been catastrophic for many sectors on the island and has hit athletics particularly hard. This has limited the kind of help that the federation has been able to offer Busby during his difficulties.

“All of our athletes get professional help for their injuries, however, in Jonathan’s case he was also interned in a clinic to treat his depression,” explains Nedd. “This, of course, had a higher priority. It’s a very difficult period on the island at the moment. Many people are unemployed because Aruba is so dependent on the tourism industry which was completely shut down. It will take at least another year from this point forward before we can recover from this.”

The Bissau-Guinean federation is also experiencing difficulties.

“At the moment we are not doing much more than we should because we have some problems in the federation. We had those problems long before Braima did what he did, but what he did is not forgotten, so when the time comes we will use that to give them courage to keep going and to represent the best for our country.”

Friendship for life

Busby and Dabo have become fast friends, even with the distance and language barrier between them. Busby speaks no Portuguese and Dabo no English, so how have they managed to stay in touch?

 
Jonathan Busby and Braima Suncar Dabo in Monaco

 

“I downloaded a translator on my phone and when he says something I put it in there, so the language has never been a barrier,” says Busby.

“From the moment we had in Doha, Jonathan is like a brother,” says Dabo. “Jonathan told me all what was happening to him so I was worried. The Covid situation added stress to Jonathan’s life but we have talked about it and slowly things are getting better and now I am not so worried. I am happy and I hope the worst is over.

“I was really looking forward to visiting him in April when Aruba’s government sent me an invitation but with all of Covid -19 going on in the world, it was not possible to travel to Aruba. Jonathan is a very nice guy, very humble, so it’s a friendship for life.”

Busby reciprocates the growing bonds of friendship with Dabo.

“When I read the negative messages after Doha and I talked to Braima about it, he told me not to care about those things,” says Busby.

“We just talk, not every day, but we talk to each other. When I am missing, he does try to get me motivated and try to see where I am and what I am doing, why I am not posting things. He is a very kind person.”

Both of them are dreaming of competing at the Tokyo 2020 Olympic Games, now planned for the summer of 2021, although they are realistic about their qualification. They both know their best hope of making it would be through invitation, since they have been unable to fully train because of the pandemic for Dabo, and injury for Busby.

But what brought them together remains ever special, especially for the Aruban.

“That moment, I will never, ever forget it,” says Busby. “When he grabbed me around my shoulders, he has been like a brother to me ever since. It’s very special what he did for me and he’s been a special friend until now. He made this thing happen in Doha and all I can say is I am very happy I met him.”

Helen Ngoh for World Athletics

 


 

Dabo et Busby après Doha : comment un élan de bienveillance, fruit du hasard, a fait basculer la vie des deux athlètes

Braima Dabo dira avoir agi de façon naturelle en arrêtant sa course pour aider Jonathan Busby, il y a un an, sur la piste de Doha. Les faits se déroulèrent lors de la première série du 5000m masculin des Championnats du monde de World Athletics Doha 2019. L’Éthiopien Selemon Barega remporta la course et tous les coureurs franchirent la ligne d’arrivée, sauf Braima Dabo, représentant la Guinée-Bissau, et Jonathan Busby, d’Aruba.

Au moment de dépasser Jonathan, Braima se rendit compte que l’Arubais était à bout de forces et dans l’incapacité de finir la course. Il s’arrêta alors pour lui venir en aide.

« J’avais devant moi une personne qui avait besoin d’aide », a déclaré Braima en portugais, « Alors, je suis allé l’aider, c’est tout. Rien de plus normal. »

Pour le reste du monde, c’était tout sauf ordinaire que Braima sacrifie sa course pour aider un rival à franchir la ligne d’arrivée. Les deux hommes reçurent une ovation lorsqu’ils franchirent ensemble la ligne d’arrivée du stade Khalifa de Doha. Pourtant, ce n’était rien comparé à ce qui advint par la suite.

Cet acte singulier, d’une rare bienveillance sportive, fit la une des journaux du monde entier. L’histoire fut relayée à la télévision, dans les journaux et saluée en ligne et sur les réseaux sociaux. Une vidéo du moment a été visionnée, à ce jour, plus de sept millions de fois sur les plates-formes de World Athletics.

Braima fut acclamé pour le fair-play dont il fit preuve et devint l’objet d’une frénésie médiatique à Doha, ce qu’il ne comprit pas tout à fait.

« Ce qui s’est passé dans ma vie après cela a été comme un cauchemar », déclara le jeune homme de 27 ans dans un éclat de rire. « Quand j’ai vu l’attention que les gens m’ont accordée à Doha, j’ai d’abord eu peur. Je n’ai pas compris pourquoi, car je pensais que mon acte était normal. Ce n’est que lorsque je suis rentré au Portugal que des amis m’ont aidé à comprendre la raison de cette effervescence.

“Après cela, j’ai ressenti de la gratitude, car les gens m’ont témoigné de l’amour et se sont souciés de moi. Je me suis senti chanceux et je suis très reconnaissant envers tout le monde. »

Le prix du Fair-play

En novembre 2019, Braima et Jonathan se sont envolés pour Monaco où le Bissau-Guinéen a reçu le Prix international du Fair-play lors de la cérémonie de remise des Trophées de l’athlétisme de World Athletics.

« Je ne m’attendais pas à cela, car j’ai agi de façon spontanée, naturelle pour moi. Pourtant, quand World Athletics m’a remis le prix, j’étais comme dans un rêve. Cette récompense m’a motivé à aller au bout de mes ambitions dans l’athlétisme et dans ma vie. »

Beaucoup d’autres choses fantastiques sont arrivées au « petit garçon de Guinée-Bissau », comme Braima aime à se décrire.

Les médias portugais se sont emparés de son histoire et cela a conduit à une série d’événements surprenants, dont le plus inattendu a été l’invitation d’un très haut responsable au Portugal.

« La chose la plus importante et la plus étrange qui m’est arrivée a été l’invitation du Président du Portugal pour me décerner une distinction en lien avec ce qui s’est passé à Doha. »

« Ici au Portugal, on m’a même offert pour Noël un voyage en Guinée-Bissau pour voir ma famille après huit ans sans leur rendre visite ! Après cela, je suis allé à São Tomé pour une discussion avec un groupe de motivation et j’ai participé à des conférences TEDx à Matosinhos. »

« J’ai croisé le chemin de gens sympas. Pourtant, la vie dans le monde de l’athlétisme n’a pas beaucoup changé. Je continue d’enfiler mon short et mes chaussures pour aller courir, rien n’a changé », plaisante-t-il. « Comme je ne m’y attendais pas, cet épisode ne m’a pas tellement touché personnellement. La vie n’a pas tellement changé, même si je me suis pris à rêver. »

Braima a utilisé cet élan de popularité pour faire le bien autour de lui. Lorsque la pandémie de COVID-19 a frappé le Portugal, de nombreux étudiants africains se sont retrouvés reclus, sans personne vers qui se tourner pour obtenir de l’aide. Étant lui-même étudiant, Braima savait exactement ce que ces étudiants traversaient. Le Bissau-Guinéen eut alors une idée.

« Étant donné la notoriété associée à mon nom, pourquoi ne pas créer un groupe d’aide pour nourrir ceux qui sont seuls ici », se demanda Braima. « Mon institut et Carritas Portugal ont participé à la collecte de quelques produits de première nécessité pour aider ceux qui n’avaient pas d’argent et j’en suis très fier. »

Jonathan après Doha

Si Braima vit un rêve éveillé depuis Doha, c’est tout le contraire pour l’homme qu’il a aidé.

Pour Jonathan, la douleur paralysante qu’il a ressentie ce jour-là sur la piste annonçait la période difficile à venir.

« L’épisode de Doha était un mélange de déshydratation et de blessures », expliqua Jonathan. Lorsqu’il rentra chez lui, il continua à courir, mais ses résultats furent décevants.

« Après Doha, j’ai participé à quatre courses, mais je n’ai pas obtenu les résultats escomptés. En temps normal, je remporte des courses dans les Caraïbes, mais là ce sont les autres coureurs qui se mirent à me battre. Je me suis fatigué facilement et les courses ne ressemblaient en rien aux précédentes. J’ai été contraint de faire une pause. »

Le coureur de fond de 34 ans a essayé de cerner le problème, sans grand succès.

« J’ai fait des radios de la hanche et du dos, mais ils n’ont rien vu. Je suis encore très raide en ce moment au niveau des adducteurs. »

Jonathan reçut beaucoup d’attention après Doha. Pourtant, tout cela n’a pas été positif.

« Au début, les messages du monde entier étaient très positifs. Mais ensuite, ils devinrent négatifs et cela m’a affecté. C’était difficile à gérer. »

Pour ne rien arranger, Jonathan fut licencié à deux reprises et perdit sa maison, puis le coronavirus frappa Aruba. Il fut ensuite diagnostiqué d’une dépression bipolaire et passa plus de trois mois dans une clinique pour y être soigné.

« Je ne recevais aucune subvention, pas d’argent, pas de travail, rien, car la situation dans le pays était vraiment mauvaise », déclara-t-il.

« C’était loin d’être tout rose. En ce moment, je me contente de faire de mon mieux pour rester positif. Pour l’heure, je vis chez un ami. J’essaie juste de me remettre sur pied. »

Un coup de projecteur sur l’athlétisme

Les Fédérations d’athlétisme d’Aruba et de Guinée-Bissau ont bénéficié de l’attention que leurs athlètes ont reçue.

« Ce que Braima a fait était quelque chose d’unique », a déclaré Renato Pappy Moura, Président de la Fédération d’athlétisme de Guinée-Bissau. « [C’est] quelque chose qui vient du plus profond de lui, car il est vraiment comme ça. »

« L’événement s’est révélé positif pour nous, car les gens ont commencé à parler davantage de notre pays et de l’humilité de ses habitants. Dans notre pays, on s’est mis à parler beaucoup plus de l’athlétisme et cela était vraiment important pour nous. »

« Le rêve se prolonge encore aujourd’hui. »

Cela a également eu un effet positif à Aruba.

« Cet événement a eu des répercussions sur toute la population d’Aruba, et pas seulement sur l’athlétisme », a déclaré Nigel Nedd, Secrétaire général de la Fédération d’athlétisme d’Aruba. « L’ATIA (Association du commerce et de l’industrie d’Aruba) avait prévu de faire venir Braima à Aruba, le 18 mars, pour un prix de reconnaissance. Or, tout a été annulé en raison de la COVID-19. »

La pandémie a été catastrophique pour de nombreux secteurs de l’île et en particulier pour l’athlétisme. Elle a limité l’aide que la Fédération a pu offrir à Jonathan en ces temps difficiles.

« Tous nos athlètes reçoivent une subvention en cas de blessure, mais dans le cas de Jonathan, il a également subi l’internement dans une clinique pour traiter sa dépression », explique Nedd. « Voilà qui rendait l’octroi d’une aide encore plus impérieuse. Sur l’île, les temps sont durs. Beaucoup sont au chômage parce qu’Aruba dépend du tourisme qui a connu un coup d’arrêt. Il faudra au moins une année supplémentaire à partir de maintenant pour que nous puissions nous relever. »

La Fédération bissau-guinéenne connaît également des difficultés.

« Pour l’instant, nous sommes limités dans nos activités, car nous rencontrons quelques difficultés au sein de la Fédération. Nous avions ces problèmes bien avant que Braima ne fasse ce qu’il a fait. En revanche, son action n’est pas tombée dans l’oubli. Quand le moment viendra, nous l’utiliserons pour redonner le courage de continuer et d’incarner l’excellence pour notre pays. »

L’amitié pour la vie

Jonathan et Braima sont devenus rapidement amis malgré la distance et la barrière linguistique qui les séparent. Jonathan ne parle pas portugais et Braima ne parle pas anglais. Comment ont-ils réussi alors à rester en contact ?

« J’ai téléchargé un traducteur sur mon téléphone. Quand Braima m’écrit, je passe son texte au traducteur, donc la langue n’a jamais été une barrière », a déclaré Jonathan.

« Depuis ce moment que nous avons partagé à Doha, Jonathan est comme un frère », affirme Braima. « Jonathan m’a raconté ce qu’il a traversé. Ça m’a tout de suite inquiété. La situation liée à la COVID-19 a ajouté du stress dans la vie de Jonathan. Nous en avons parlé et les choses s’améliorent peu à peu. Maintenant je ne suis plus aussi inquiet. Je suis heureux et j’espère que le pire est passé. »

« J’avais vraiment hâte de lui rendre visite en avril lorsque le gouvernement d’Aruba m’a envoyé une invitation. Or, avec les événements que le monde connaît à cause de la COVID-19, il n’était pas possible de se rendre à Aruba. Jonathan est un gars très gentil, très humble. Notre amitié, c’est pour la vie. »

Jonathan témoigne lui aussi de ses liens d’amitié croissants avec Braima.

« Quand j’ai lu les messages négatifs après Doha et que j’en ai parlé à Braima, il m’a dit de ne pas me soucier de ces choses-là », dit Jonathan.

« Nous discutons, pas tous les jours, mais nous nous parlons. Quand je me fais plus discret, il essaie de me motiver et de savoir où je suis et ce que je fais, pourquoi je ne poste rien sur les réseaux. C’est une personne très attentionnée. »

Tous deux rêvent de participer aux Jeux olympiques de Tokyo 2020, qui ont été reprogrammés pour l’été 2021, bien qu’ils soient réalistes quant à leur chance de qualification. Tous deux ont conscience que leur meilleur espoir d’y parvenir serait de se faire inviter, étant donné l’impossibilité de s’entraîner complètement en raison de la pandémie pour Braima et des blessures pour Jonathan.

Quoi qu’il en soit, ce qui a réuni les deux hommes demeure à jamais unique, surtout pour l’Arubais.

« Ce moment, je ne suis pas près de l’oublier », déclare Jonathan. « Quand il m’a pris par les épaules, il est devenu comme un frère pour moi. C’est très spécial ce qu’il a fait pour moi et il a été un ami spécial jusqu’à présent. Il a agi de la sorte à Doha et tout ce que je peux dire, c’est que je suis très heureux de l’avoir rencontré. »

Helen Ngoh pour World Athletics

Pages related to this article
Athletes