• World Athletics Partner
  • World Athletics Partner
  • World Athletics Partner
  • World Athletics Partner
  • World Athletics Media Partner
  • World Athletics Supplier
  • World Athletics Supplier
  • World Athletics Partner
  • World Athletics Partner
  • World Athletics Partner
  • World Athletics Partner
  • World Athletics Media Partner
  • World Athletics Supplier
  • World Athletics Supplier

Feature13 Nov 2020


Benin Athletics Federation looks beyond the pandemic

Odile Ahouanwanou of Benin in action in the heptathlon at the World Athletics Championships Doha 2019


*** La version française ci-dessous/ French version below ***

In June, the Benin Athletics Federation was named the second best sports organisation in the West African nation by the country’s Olympic and Sports Committee.

The distinction came along with a cheque for 4.5million West African francs (approximately US$8130), which was converted at the federation’s request to badly-needed track and field equipment, and promptly handed over to local athletics leagues.

“Since the current executive bureau took over management of the federation, a development strategy was put in place immediately,” says the secretary general of the federation, Achille Aihou.

“This plan had interventions at every level that included the training of coaches and athletes and the organisation of regular competitions for all age training. We focused on performance-based administrative management with clear indicators and put in place information and communication infrastructure.

“All of these actions together permitted us to win the admiration of the Olympic and Sports Committee.”

Benin’s athletics officials are especially proud of their silver medal, no less because of the hard work they had put in, in spite of certain difficulties.

“The first difficulty is financial,” says Novignon Okry, the organisation manager at the federation. “It is true that the government has placed our sport among the top five sports that benefit from government’s attention and its action plan but the level of sport in Benin generally is weak, and sponsorship is not yet a well-developed concept, so it is difficult of obtain funding from elsewhere.”

Facing cultural pre-sets

Another challenge the federation is often faced with is cultural in nature, where sports in general are not considered a viable professional option, and children are often enthusiastically discouraged from pursuing careers as athletes.

“It is even worse for women, even though the most successful athletes in the country are women,” says Okry. “For most of them, when they venture into athletics, certain cultural practices force them to abandon these activities prematurely.”

Beninese sprinter Beatrice Midomide knows exactly what that means. She is one of the country’s four athletes training at the African Athletics Development Centre in Lome, Togo.

“I was in my fifth year of primary school when I discovered athletics,” she says. “Unfortunately, my parents were not okay because of the risks of going into town to train at the stadium.”

Safety issues aside, Midomide’s parents were worried about the influence on her behaviour. It took gritty determination for her to remain committed to athletics.

“One day I stole money from my father to go and train in town. Upon my return, my parents severely punished me but that situation never reduced my desire and I never stopped slipping out to go and train.

“Finally my parents saw the inevitability of it, that it was a passion and because of their love for me they resolved to allow me to do athletics.”

Midomide proved to be good enough to join Benin’s national athletics team in 2013, and has since represented the country at several continental events. But many similar stories often end differently, with promising athletes abandoning the sport altogether. However, athletics officials in the country are doing their best to reverse the trend. It helps that athletics is gaining in popularity.

“You just have to look at the turnout at the road races we organise to see how interested people are,” Aihou points out. “Athletics is quite popular and it is growing in popularity because of the results of the country’s athletes in competitions in the sub-region and Africa as a whole.”

These include middle-distance runner Noélie Yarigo and Odile Ahouanwanou, the African heptathlon champion, who set a national record at the World Championships in Doha last year.

“Behind football, which tends to be way up there in many African countries, athletics is the next most widely taught discipline in schools and colleges in Benin, which means you have generations of young people every year who are learning about the sport and that is always a good thing.”

The future of athletics in Benin

The athletics federation had big plans in 2020, which included the regular national competitions for all age groups as well as recently introduced championships in local leagues. However, those where shelved when the pandemic hit the country.

“Covid-19 has upset and continues to affect athletics and other sports in Benin,” explains Aihou. “We had all the normal calendar events, the championships and others planned but we didn’t really take off. Since March, we’ve postponed our entire calendar many times but with the decision that was taken to save lives, we really didn’t have a choice.

“Government measures meant a stop in sports events and the closure of stadia. Of course this put an end to structural training with athletes. There is also an absence of funds, just a general gloom and a void in the federation’s activity schedule.”

There are plans to restart competitions but that will depend on when the Beninese government lifts restrictions on sports and crowds. When it is deemed safe enough to restart activities, the federation is ready to spring into the action.

“We want to expand the practice of athletics in all communes in the country and we are encouraging the creation of professional clubs,” says Aihou. “In this vein, the Beninese government has initiated in its action plan the re-dynamisation and restructuring of some seven sports in the country, among them athletics. This has allowed us to have at least one trainer in every commune in the country, paid by government and charged with the follow-up of young athletes, especially in schools and neighbourhoods.

“We are in the process of training officials so that we can have qualified individuals who can develop athletics in the country. We will create partnerships with primary schools so that we can bolster the sport among the youngest children.”

No Beninese track and field athlete has ever won a medal at an Olympics or World Championships. The country’s athletics officials are working hard to change that in the coming years.

Helen Ngoh for World Athletics

 

La Fédération béninoise d’athlétisme se projette au-delà de la COVID-19

En juin, le Comité olympique et sportif béninois a nommé la Fédération béninoise d’athlétisme deuxième meilleure organisation sportive du Bénin, pays d’Afrique de l’Ouest.

Cette distinction s’accompagnait d’un chèque d’un montant de 4,5 millions de francs CFA (environ 8 130 dollars américains). À la demande de la fédération, cette somme a été transposée en équipement d’athlétisme dont elle avait grand besoin, et remis rapidement aux clubs locaux d’athlétisme.

« Depuis que l’actuel bureau exécutif a pris en charge la gestion de la fédération, une stratégie de développement a été mise en place immédiatement », explique M. Achille Aihou, Secrétaire général de la fédération.

« Ce plan prévoyait des mesures à tous les niveaux, y compris la formation des entraîneurs et des athlètes ainsi que l’organisation de compétitions régulières pour l’entraînement de tous les groupes d’âge. Nous nous sommes concentrés sur une gestion administrative basée sur la performance avec des indicateurs clairs. Nous avons également mis en œuvre une infrastructure d’information et de communication. »

« L’ensemble de ces initiatives nous a valu l’admiration du Comité olympique et sportif. »

Les responsables de l’athlétisme au Bénin sont particulièrement fiers de leur médaille d’argent, notamment grâce au travail acharné qu’ils ont accompli malgré les difficultés rencontrées.

« La première difficulté est d’ordre financier », explique Novignon Okry, le directeur chargé de l’organisation de la fédération. « Il est vrai que le gouvernement a placé notre sport parmi les cinq premiers sports qui bénéficient de l’attention gouvernementale et de son plan d’action. Cependant, le niveau du sport au Bénin est généralement faible et le partenariat avec des sponsors est un concept encore peu développé. Il est donc difficile de récolter des fonds auprès d’autres sources. »

Faire face aux préjugés culturels

Un autre défi auquel la fédération est souvent confrontée est de nature culturelle, le sport en général n’étant pas considéré comme une voie professionnelle viable. Les enfants sont souvent fortement découragés de poursuivre une carrière sportive.

« C’est pire encore pour les femmes, même si les plus grands athlètes du Bénin sont des femmes », déclare Novignon Okry. « Pour la plupart d’entre elles, lorsqu’elles se lancent dans l’athlétisme, certaines pratiques culturelles les obligent à abandonner trop tôt cette activité. »

La sprinteuse béninoise Beatrice Midomide sait exactement ce que cela signifie. Elle fait partie des quatre athlètes du Bénin à s’entraîner au Centre de développement africain de l’athlétisme situé à Lomé, au Togo.

« J’étais dans ma cinquième année d’école primaire lorsque j’ai découvert l’athlétisme », explique-t-elle. « Malheureusement, mes parents n’étaient pas d’accord à cause des risques d’aller en ville pour s’entraîner au stade. »

Outre les questions de sécurité, les parents de Beatrice Midomide craignaient les effets sur son comportement. Il lui a fallu beaucoup de détermination pour continuer à s’investir en athlétisme.

« Un jour, j’ai volé de l’argent à mon père pour aller m’entraîner en ville. À mon retour, mes parents m’ont sévèrement punie, mais cette situation n’a jamais freiné mon envie et j’ai continué de sortir pour m’entraîner. »

« Finalement, mes parents ont compris que c’était une vraie passion. Par amour pour moi, ils ont décidé de m’autoriser à faire de l’athlétisme. »

Beatrice Midomide s’est révélée suffisamment bonne pour rejoindre l’équipe béninoise d’athlétisme en 2013 et depuis lors, elle a représenté le Bénin dans plusieurs compétitions continentales. Cependant, de nombreuses histoires similaires prennent souvent une autre tournure. Des athlètes prometteurs renoncent tout simplement au sport. Pourtant, les responsables de l’athlétisme au Bénin font de leur mieux pour inverser la tendance. Le fait que l’athlétisme gagne en popularité est une bonne chose.

« Il suffit de regarder le taux de participation aux courses sur route que nous organisons pour comprendre à quel point les gens sont intéressés », souligne Achille Aihou. « L’athlétisme est une discipline assez prisée qui gagne en popularité grâce aux résultats enregistrés par les athlètes béninois dans les compétitions de la sous-région et de l’Afrique dans son ensemble. »

Parmi ces athlètes figurent Noélie Yarigo, coureuse de demi-fond, et Odile Ahouanwanou, la championne d’Afrique de l’heptathlon, qui a établi un record national l’année dernière aux Championnats du monde à Doha.

« Derrière le football, qui tient une place importante dans de nombreux pays d’Afrique, l’athlétisme est la discipline sportive la plus enseignée dans les écoles et les collèges du territoire béninois. Il en découle que chaque année, des générations de jeunes gens s’initient à ce sport et c’est toujours une bonne chose. »

L’avenir de l’athlétisme béninois

La fédération d’athlétisme avait prévu de grands projets en 2020, y compris la tenue de compétitions nationales régulières pour tous les groupes d’âge ainsi que l’introduction récente de championnats dans les ligues locales. Ces compétitions ont toutefois été mises en suspens lorsque la pandémie a sévi dans le pays.

« La COVID-19 a bouleversé les plans et continue d’affecter l’athlétisme et d’autres sports au Bénin », explique Achille Aihou. « Nous avions planifié toutes les manifestations sportives du calendrier habituel, les championnats et autres compétitions mais nous n’avons pas réussi à les organiser. » Depuis le mois de mars, nous avons plusieurs fois différé l’ensemble de notre programme. Cette décision a été prise dans le but de sauver des vies. Nous n’avions pas vraiment le choix.

« Les mesures gouvernementales ont marqué l’arrêt des événements sportifs et la fermeture des stades, ce qui a bien sûr interrompu l’organisation de l’entraînement des athlètes. Il y a également un manque de financement, juste une morosité ambiante et un grand vide dans le programme d’activité de la fédération. »

Il est envisagé de reprendre les compétitions mais cela dépendra de la levée par le gouvernement béninois des mesures de restriction visant les sports et les rassemblements. Lorsqu’il sera possible de reprendre les activités en toute sécurité, la fédération sera prête à passer à l’action.

« Nous voulons développer la pratique de l’athlétisme dans toutes les communes du pays et nous encourageons la création de clubs professionnels », explique Achille Aihou. « Dans cette optique, le gouvernement béninois a initié dans son plan d’action la redynamisation et la restructuration de quelque sept disciplines sportives dans le pays, dont l’athlétisme. Cela nous a permis de faire intervenir au moins un entraîneur dans chaque commune du pays, rémunéré par l’État et chargé du suivi des jeunes athlètes, notamment dans les écoles et les structures de quartiers. »

« Nous sommes actuellement en voie de former des officiels afin de pouvoir bénéficier des services de personnes qualifiées dans le pays. Nous allons créer des partenariats avec des écoles primaires afin de renforcer la place de l’athlétisme chez les plus jeunes. »

Aucun sportif béninois pratiquant l’athlétisme n’a jamais remporté de médaille aux Jeux olympiques ou aux Championnats du monde d’athlétisme. Les responsables de l’athlétisme au Bénin travaillent d’arrache-pied pour y remédier dans les années à venir.

Helen Ngoh pour World Athletics